(Théorie) Introduction au Capitalisme.

À la base, le capitalisme est un système économique fondé sur trois éléments : le travail salarié (le fait de travailler pour un salaire), la propriété privée ou le contrôle sur les moyens de production (c’est-à-dire les usines, machines, fermes et bureaux), et la production dans l’objectif de vente et de profit.

Tandis que certaines personnes possèdent des moyens de production, ou du capital, la plupart d’entre nous ne possède rien. Pour survivre, nous devons donc vendre notre force de travail en échange d’un salaire, ou alors nous vivotons à l’aide d’allocations sociales. Le premier groupe de personnes constitue la classe capitaliste ou la “bourgeoisie” pour utiliser le jargon marxiste, et le deuxième groupe représente la classe ouvrière ou le “prolétariat”.

Le capitalisme se fonde sur un processus simple: de l’argent est investi afin de générer encore plus d’argent. Quand l’argent est utilisé avec cette finalité, il fonctionne en tant que capital. Par exemple, quand une entreprise utilise les profits pour employer plus de personnel ou afin d’ouvrir de nouvelles filiales, dans l’objectif de générer un bénéfice, l’argent fonctionne comme du capital. Lorsque le capital s’accroît (on pourrait dire aussi, lorsque l’économie est en croissance), on appelle ça ‘accumulation de capital’, c’est le moteur de l’économie.

Le capital s’accumule d’autant mieux quand il peut se soulager de coûts en les transférant sur les autres. Lorsque des entreprises peuvent réduire des coûts, en ne tenant pas compte de la protection de l’environnement, ou en payant des salaires de misère, elles le font. Donc le changement climatique catastrophique et la pauvreté massive ne sont que l’expression du fonctionnement normal du système. Par ailleurs, pour faire plus d’argent avec de l’argent, de plus en plus de choses doivent être échangeables pour de l’argent. Ainsi, la tendance est de transformer tout, depuis les objets quotidiens en passant par des séquences ADN jusqu’aux émissions de dioxyde de carbone – et, de manière cruciale, notre force de travail– en marchandises.

Ce dernier point – la marchandisation de nos capacités créatives et productives, notre force de travail – détient le secret pour comprendre l’accumulation du capital. L’argent ne devient pas plus d’argent en un coup de baguette magique, mais par le travail que nous fournissons chaque jour.

Dans un monde où tout est à vendre, nous devons tou-te-s vendre quelque chose afin de pouvoir acheter les biens dont nous avons besoin. Ceux-celles d’entre nous qui n’ont rien d’autre à vendre que leur force de travail doivent vendre cette force à ceux-celles qui détiennent les usines, les bureaux, etc. Mais les choses que nous produisons au travail ne nous appartiennent bien évidemment pas, elles appartiennent à nos patron-ne-s.

De plus, à cause de l’augmentation du temps de travail, d’améliorations de la productivité etc, nous produisons beaucoup plus que ce qu’il faudrait pour que nous puissions fonctionner comme travailleur-se-s. Le salaire que nous recevons permet à peine de couvrir les dépenses pour les produits nécessaires pour nous maintenir en vie et en mesure de travailler chaque jour (ce qui explique pourquoi, à la fin du mois, notre solde bancaire est assez proche de celui du mois précédent). Le capital s’accumule (ou du profit est généré) grâce à cette différence entre le salaire que nous recevons et la valeur que nous créons.

Cette différence entre le salaire que nous touchons et la valeur que nous créons est la “valeur ajoutée”. L’extraction de la valeur ajoutée, ou plus-value, par l’employeur-se est la raison pour laquelle nous considérons le capitalisme comme un système qui est fondé sur l’exploitation – l’exploitation de la classe ouvrière. Pour illustrer cette idée, allez voir notre étude de cas sur le fonctionnement d’un restaurant capitaliste.

Ce processus est sensiblement le même pour tout travail salarié, pas seulement celui qui se déroule dans les entreprises privées. Les travailleurs du secteur public sont eux-elles aussi constamment confrontés à des attaques sur leur salaire et sur leurs conditions de travail afin de réduire les coûts et de maximiser les profits pour l’ensemble de l’économie. L’économie capitaliste repose également sur le travail non-rémunéré des femmes travailleuses.

//Texte originale par Libcom//

version complète: http://libcom.org/library/le-capitalisme-une-introduction

version imprimante (PDF) petite introduction au capitalisme

6 commentaires sur “(Théorie) Introduction au Capitalisme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s